Archive | Christian Tétreault RSS feed for this section

Parce qu’à Noël j’étais sur les traces du bonheur

23 Avr

sur les traces du bonheur Sur les traces du bonheur

Christian Tétreault

Quatrième de couverture

Au fil des pages, Christian Tétreault vous emmène sur les traces du bonheur à travers des récits de vie inspirants, émouvants, joyeux ou même franchement drôles. Ses réflexions profondes et pleines d’esprit sur la foi, la vie et la mort vous inviteront à vous forger votre propre histoire dans cette quête universelle qu’est la recherche du bonheur. Découvrez l’histoire de Philippe Bond qui, pour compenser sa timidité maladive, a décidé de passer sa vie à faire rire les autres. Ou encore celle de Mylène, qui n’aura eu que deux étés pour bâtir les souvenirs des moments précieux passés avec sa grand-mère. Ou bien entrez dans l’univers de Marina Orsini, qui a cheminé avec sa mère depuis sa tendre enfance. Que ce soit dans la touchante demande en mariage qu’a vécue Mitsou ou dans le récit de Michel Barrette, dont la vie est jalonnée de gens et de moments inoubliables, vous constaterez que le bonheur est un chemin sans fin.
Bonne route.

 

Oui je sais bien qu’on est rendu en avril (même fin avril)et là il y a le mots noël dans le titre!!  Mais bon comme le livre n’est pas un conte de noël et que j’avais choisit de le lire pendant la période des fêtes parce que dans ma PAL c’était le livre qui me faisait le plus penser à Noël parce que à Noël le bonheur est ce que je crois le plus important.  J’ai donc lu ce livre sur le bonheur entre le 15 et le 28 décembre et j’ai jamais autant pleurer!!!

Voici le dernier livre de Christian Tétreault je vous ai déjà parlé des deux premier ici.  C’est un recueil de témoignage dont la majorité sont super touchant.   Il y en a qui sont vraiment triste, d’autre qui sont plus drôle.  Il y en a qui vont m’avoir touché, mais quelques uns qui vont m’avoir marqué et dont je vais me rappeler longtemps.

Ce livre est divisé en quatre grands chapitres.  Chapitre 1 réflexion… Voici le chapitre que j’ai le moins aimé car il faisait un peu trop croissance personnelle à mon goût.  (À savoir que je suis probablement allergique à ce style littéraire)  Par contre j’ai été quand même marqué par quelques éléments de ce chapitre premièrement l’auteur aborde le sujet de la mort et surtout de la mort d’enfant (et rappelons-nous que je lis ce livre en décembre 2012!!  Et que s’est-il passé le 21 décembre 2012?)  Non mais sérieusement j’aurais lu ce livre avril 2013 et ça n’aurait pas été Newtown, mais le marathon de Boston!!  Malheureusement, il y a des tragédies, malheureusement l’inimaginable arrive parfois et c’est gens-là doivent retrouver les traces du bonheur.  Aussi en parlant de la mort (oui c’est un livre sur le bonheur qui cause beaucoup de la mort!!)  L’auteur relate un évènement qui s’est produit dans les années 20 où plusieurs jeunes filles travaillant dans une usine sont morte brulé dans l’incendie de la dite usine puisque les porte était barré de l’extérieur…  N’est-ce pas totalement tragique.  Je ne peux presque pas croire que c’est arrivé pour vrai.  Et ça m’a rappelé (non en fait je me souviens très bien de cette lecture je ne sais juste plus le titre ni l’auteur, je sais juste que mon édition était vraiment en très mauvais état!!)un roman que j’ai lu et qui se passait au nord des États-Unis durant l’industrialisation quand il y avait nombreuse usine de coton. On y traitait d’ailleurs des conditions infernales dans lesquels les jeunes filles travaillaient.

Les autres chapitres sont consacrés à des témoignages et vraiment ça se lit tout seul.  Le seul point négatif c’est que parfois j’ai trouvé les témoignages un peu trop court.  Il y avait quelque témoignages de personnalité connu (peut-être plus connu au Québec par contre)  J’ai d’ailleurs eu un coup de cœur pour l’histoire de Mitsou, qui m’a tiré les larmes.  Mais je peux dire que j’ai apprécier tous les témoignages que se soit de gens connu ou non, leurs histoires gagnaient à être connus.

J’ai vraiment bien aimé ce livre qui est resté un peu plus d’un an dans ma PAL , ça prenait une envie d’un livre de Noël pour que je le sorte 🙂

Avez-vous envie de rire et surtout de pleurer?

29 Oct

Alors il faut lire ces deux livres.

  Description de l’éditeur

Christian Tétreault raconte l’histoire de
sa fille Marie, emportée à l’âge de deux ans par une maladie foudroyante.
Profondément affectés par ce drame, sa compagne et lui décident de poursuivre
leur route, malgré l’insupportable absence. Peu à peu, ils prennent conscience
que leur petite ne les a pas vraiment quittés, mais qu’elle est présente dans
leur cœur, dans leur vie et au sein de leur famille, où elle occupe une place
de choix. Marie devient leur ange gardien. Malgré tout, l’auteur affirme que ce
drame l’a rendu meilleur, l’a sensibilisé aux valeurs essentielles et lui a
ouvert les portes d’un bonheur serein.

Description de l’éditeur

Quatre récits véridiques, touchants et
inspirants. Des personnages vibrants et attachants. Il y a d’abord Jean-François,
fils de Yolande, né avec de nombreuses anomalies physiques et un retard
intellectuel. Grâce à une mère exceptionnelle qui chaque jour a fait triompher
le courage et l’amour, il a développé son plein potentiel et, malgré ses
capacités réduites, est devenu un modèle improbable, à nul autre pareil.Michel,
fils de Serge, est un comique de génie qui, au sommet de la gloire, a sombré
dans l’alcoolisme et la dépression. Il a grandi en méprisant son père, mais
avec le temps, il découvre qu’il est le reflet de celui qu’il déteste. À
travers les chutes, les rechutes et les rédemptions, Michel et son père
découvriront l’amour qui les lie et deviendront inséparables dans
l’éternité.Jean-Louis, fils de Jean-Jacques, est venu au monde avec pour tâche
de remplacer un héros et de panser des plaies profondes. Tyrannisé par un père
malheureux, il incarnera tout ce que son père déteste: la vie d’artiste et de
bohème. Mais armé d’un pinceau créateur de lumière, Jean-Louis finira par
trouver l’estime et l’amour de son père.Puis, il y a Marie-Pier, l’ange. Elle a
10 ans et demi lorsque tout s’arrête. Sa courte vie a été une suite
ininterrompue de petits bonheurs simples. Un papa, une maman et une petite
sœur. Son départ soudain fera réaliser à quel point l’ordinaire est
extraordinaire et le quotidien, éternel.

Pour les personnes du Québec, comme moi, on connaît Christian Tétreault grâce à ses chroniques à la radio que j’ai toujours trouvé merveilleusement bien raconté.  Alors quand j’avais entendu qu’il avait écrit un livre qui racontait l’histoire de sa fille Marie je le voulais.  C’est un livre extrêmement touchant qui raconte la rencontre de Christian et de la jeune fille qui est devenu sa femme (son amour de jeunesse), de la vie avec leurs jumeaux Félix et Marie, du jour tragique et de la suite de leur vie.  J’ai ri d’un certain soir ou les jumeaux dans leur chambre qui ne voulait pas dormir et qui se sont amusé avec leur couche pleine de… et j’ai pleuré lorsque les parents retournent à la maison un certain dimanche les bras vide parce que Félix est à l’hôpital et que Marie n’est plus.  J’ai du fermé le livre tellement j’étais triste, j’étais même plus capable de lire, je devais faire mon deuil pour continuer.  J’ai d’ailleurs prêter se livre à plusieurs personnes et une de ses personnes m’a dit qu’elle lisait le roman et elle en était rendu au moment fatidique, son amoureux lui n’arrêtait pas de lui parlé et elle lui a dit: «Arrête donc de me déranger Marie est en train de mourir et il faut que je pleure.»  Je lis rarement des livres de non-fiction mais c’est deux romans valent vraiment la peine.

Le deuxième roman je l’ai reçu en cadeau à mon anniversaire qui est en septembre le livre venait tout juste de paraître moi j’en avait même pas encore entendu parlé.  Même chose avec celui-ci les larmes nous montent aux yeux à plusieurs reprises et à d’autre moment c’est des fous rire.  À lire aussi c’est aussi touchant que le premier.