Archive | Katherine Pancol RSS feed for this section

La valse lente des tortues

10 Avr

 La valse lente des tortues

Katherine Pancol

Quatrième couverture

Ce livre est une bourasque de vie…

Un baiser brûlant du seul qu’on ne peut embrasser.

Deux bras qui enlacent ou qui tuent.

Un homme inquiétant, mais si charmant.

Une femme qui tremble et espère ardemment…

Un homme qui ment si savamment.

Une femme qui croit mener la danse, mais passe son tour.

Des adolescents plus avertis que les grands…

Un homme qui jouent les revenants.

Un père, là-haut dans les étoiles, qui murmure à l’oreille de sa fille…

Un chien si laid qu’on s’écarte sur son passage.

Des personnages qui avancent obstinément comme des petites tortues entêtées qui apprendraient à danser lentement, lentement dans un monde trop rapide, trop violent…

Attention!  Lire ce qui suit peu diminuer le plaisir de la lecture du premier tome «Les yeux jaunes des crocodiles»

Mon avis

Voici un tome que j’avais bien hâte de lire, surtout que j’ai fait cette lecture en compagnie de ma jumelle blogueste Élodie.  Ce fut donc encore une fois une lecture très charmante.  Même si c’est un roman assez volumineux, il se lit vraiment très vite ce qui me surprend même, j’ai enchaîné les pages une derrière l’autre et lorsque j’ai atteint la cinquième (et dernière) parties j’ai lu quasiment sans arrêt les deux cents pages qui mènent jusqu’à la fin.

J’ai entamé cette lecture avec un réelle bonheur de retrouver les personnages où on les avait laissé dans «Les yeux jaunes des crocodiles», j’avais bien hâte de savoir comment réagirais Iris au fait qu’Hortense ait dit la vérité au sujet du roman.  C’est donc une Iris brisé que l’on retrouve.  Elle est maintenant internée dans une clinique, elle n’a vraiment pas pris cette trahison, comme elle dit, de Joséphine.  Et lorsque cette dernière vient la voir Iris est vraiment mesquine et la renvoie d’où elle vient.

Joséphine habite maintenant à Paris, elle n’aime pas vraiment ça et elle s’ennuie énormément de son ancien quartier de Courbevoie.   Surtout lorsqu’elle revient à la maison et qu’elle se fait attaquer.  Est-ce que quelqu’un lui en veut?  Elle a déménager pour Hortense qui souhaitait tellement vivre à Paris, mais maintenant que c’est fait Hortense est partie habité à Londres pour suivre des cours de mode dans une prestigieuse école.  Parce que ce qu’Hortense veut elle l’obtient, mais on comprend beaucoup mieux Hortense dans ce tome et elle n’est plus l’adolescente qui répond très impoliment à sa mère.  J’aime beaucoup ce personnage qui a très bien évolué.  Par contre, il y a des personnages, qu’on ne peut aimer, Henriette, la mère de Joséphine et Iris, est plus affreuse que jamais.  Elle a dans l’idée de se réapproprié Marcel, qui lui file le parfait bonheur avec sa Josiane et son petit Junior.

Finalement, j’ai beaucoup apprécier cette suite, retrouvé Joséphine et son 12 ième siècle, même si parfois je la trouve un peu naïve ou qu’elle ne se pose pas assez de question mais bon c’est un personnage que j’apprécie quand même.  Joséphine, parce qu’elle est toujours aussi généreuse, adopte un gros chien laid, mais tellement attachant et mon petit coeur d’amoureuse des animaux fut totalement comblé.  Il se passe beaucoup de chose, il y a beaucoup de mystère et de chose étrange, que l’on devine parfois ou qui reste assez mystérieuse jusqu’à la dernière partie.  L’auteur a inclus un peu de surnaturelle dans l’histoire et c’est la seule chose que j’ai vraiment moins apprécié.  J’ai trouvé que le reste du roman était tellement normal, que nous sortir ça en plein milieu, ça faisait bizarre, mais c’est vraiment le seul défaut parce que sinon la lecture est vraiment très agréable.

Il me reste donc seulement un tome à lire, «Les écureuils de Central Park sont triste le lundi», que je vais lire c’est certain.  Ensuite peut-être que je lirai d’autre roman de l’auteur, on verra bien.

Publicités

Visite à la Bibliothèque

16 Mar

Bon hier, je suis allé faire un petit tour à la bibliothèque pour moi bien sûr…mais aussi pour les enfants parce que je crois vraiment que c’est important qu’ils aiment la lecture, comme leur papa n’est vraiment pas un grand lecteur…(oui je sais mes milliers d’heures de lecture compensent tout probablement…) mais elles adorent ça et moi aussi surtout quand elles dénichent des petites perles de livre.

Donc hier c’est ma fille de trois ans qui est venu avec moi et elle avait le droit de prendre cinq livres.  Et donc hier soir petite lecture avant le coucher et c’est moi qui a choisit (il y avait un petit conflit à savoir qui choisirait le livre comme ma patience a des limites parfois c’est moi qui ai choisit).  Très bon choix car j’ai adoré…les filles aussi…ce livre est vraiment très drôle et j’ai donc décidé de vous le présenter.

Une casserole sur la tête

Texte: Alain M. Bergeron

Illustrations: Philippe Germain

Éditions Imagine

Collection «Mes premières histoires»

Une collection de livres conçues pour découvrir très tôt le bonheur de se faire raconter des histoires et le plaisirs de voyager dans l’imaginaire.

Présentation du livre (Pour les enfants je sais c’est pas important mais juste pour nous)

Guillaume adore jouer au chevalier.  Un jour qu’il devait libérer la princesse, il se retrouve la tête coincée dans son casque.  Le problème, c’est que le casque en question est une… casserole! Une histoire hilarante pour les petits chevaliers en puissance.

Petit extrait parce que c’est tellement bon que je DOIS vous le partager

Le roi me confie une mission.  Je dois libérer la princesse et tuer la dragon.  N’écoutant que mon courage je tue la princesse et libère la dragon.  Oups!  C’était le contraire…  La reine proteste et m’envoie en prison.  Je suis même condamné aux travaux forcés.

(J’aurais voulu vous mettre les image qui va avec mais bon les images trouvés ne fonctionnent pas je réessairai…)

Dois-je dire pourquoi c’est bon?

Et ce livre est drôle comme ça tout le long de l’histoire.  C’est le genre d’histoire que j’adore raconté aux filles (et je crois pas que c’est juste pour les petits chevaliers comme il disent) c’est dynamique à raconter, il y a plein de dialogue, c’est drôle et les images sont super et vraiment très drôle  (c’est triste mais j’ai trouvé aucune image au bon format :().

Je trouve que la mission de faire découvrir le bonheur de se faire raconter (et je rajouterais de raconter) des histoire est vraiment réussi.  Mission accomplie!!!  Moi, celle là je la conterais à tout les soirs!!!  (Si les filles se tanne pas :))

Ah oui  j’ai choisi des livres pour moi aussi!

Alors je vous les partage en image et je vous ferai un billet dessus lorsque je les aurai lu.

Les yeux jaunes des crocodiles

15 Fév

Les yeux jaunes des crocodiles

Katherine Pancol

Quatrième couverture

Ce roman ce passe à Paris.

Et pourtant on y croise des crocodiles.

Ce roman parle des hommes.

Et des femmes.  Celle que nous sommes, celles que nous voudrions être, celles que nous ne serons jamais, celles que nous deviendrons peut-être.

Ce roman est l’histoire d’un mensonge.

Mais aussi une histoire d’amour, d’amitiés, de trahisons, d’argent. de rêve.

Ce roman est plein de rires et de larmes.

Ce roman, c’est la vie.

Mon Avis

J’ai vraiment beaucoup aimé ce livre ou l’on rencontre Joséphine, une femme qui a peur de tout et qui se retrouve seul avec ses deux filles à essayer de joindre les deux bouts.  On s’attache vraiment beaucoup à ce personnage qu’on voit évoluer tout au long du roman.  Un autre personnage que j’ai adoré et qui m’a fait beaucoup rire, c’est le beau-père de Joséphine, Marcel, un homme à la tête d’une grosse entreprise qu’il a monté lui même, qui n’a pas peur de travaillé, qui aurait bien aimé avoir un enfant, mais qui a marié Henriette.  Henriette, la mère de Joséphine et Iris, la horrible Henriette, le cure-dent, on la déteste et elle est détestable.  Tout les personnages, m’ont interpellé en fait certain que j’ai détesté, d’autre qui m’ont fait pitié, et d’autre que j’ai bien aimé.

Même si le livre est assez long (661 pages) il n’a pas été si long à lire.  Il est séparé en cinq parties, mais il n’y a pas de chapitre ce que j’ai trouvé étrange au début parce que j’aime bien voir ma lecture évoluée en passant d’un chapitre à l’autre, mais je m’y suis fait et finalement il y a des paragraphes dans chaque partie lorsqu’on passe d’un personnage à l’autre.  J’ai quand même trouvé la première partie, un peu longue, car la mise en place des personnages amènent une certaine longueur et il ne sa passe pas grand chose, mais ensuite, on a hâte de découvrir les secrets de tout le monde.

Finalement, un livre que j’ai beaucoup aimé et je vais assurément lire la suite La valse lente des tortues.

Un livre que j’ai lu avec ma jumelle blogueste (d’amour) Élodie