Tag Archives: Dystopie

The Hunger Games de Suzanne Collins

22 Oct

Titre original: The Hunger Games

Suzanne Collins

Résumé :

Les Jeux de la Faim ; 24 candidats pour un seul survivant, le tout sous le feu des caméras ?
Dans chaque district de Panem, une société reconstruite sur les ruines des États-Unis, deux adolescents sont choisis pour participer au Jeu de la Faim. La règle est simple : tuer ou se faire tuer. Celui qui remporte l’épreuve, le dernier survivant, assure la prospérité à son district pendant un an.
Katniss et Peeta sont les « élus » du district numéro douze. Les voilà catapultés dans un décor violent, semé de pièges, où la nourriture est rationnée et, en plus, ils doivent remporter les votes de ceux qui les observent derrière leur télé…
Les alliances se font et se défont et Peeta déclare sa flamme pour Katniss à l’antenne. Calcul? Tout est possible, et surtout tout est faussé au sein du Jeu de la Faim…

Mon avis :

Aujourd’hui je vais vous parler d’un livre dont le titre risque de vous dire vaguement quelque chose.  The Hunger Games…déjà entendu parlé?  Ah! Ah!  Je me marre bien parce que si vous en avez jamais entendu parler j’imagine que vous étiez séquestré depuis quelques années dans une pièce sans fenêtre, sans internet, sans radio ni télévision, que vous n’aviez aucun contact avec le monde extérieur,  et que vous venez tous juste de réussir à réparer un vieil ordinateur qui trainait dans un coin pour vous rendre sur la page de mon blog et dire : « Hunger games jamais entendu parler!»  J’avoue que la situation est peu probable.

Alors que dire de ce livre qu’on n’a jamais dit, qu’il est génial, difficile d’arrêter de le lire, qu’il peut mener à l’obsession.  Oui je sais, c’est du déjà réchauffé…mais c’est tellement vrai!!!  J’ai dit minimun un OMG à la fin de chaque chapitre, il y en a même un qui a eu droit à un «Putain de merde» et un à un «Tabarouette et quart» (pour les non initié au language québécois : on dit tabarouette pour ne pas sacré et dire Tabarnac et personnellement je rajoute le «et quart» (je ne sais pas trop pourquoi mais ça sonne bien)).

J’ai été totalement obsédée par ce livre, par la cruauté de ses Hunger games… c’est difficile d’expliquer tous ce qu’a pu me faire ressentir ce livre.  Je lisais et quand je ne lisais pas je pensais au livre et quand j’étais en voiture j’écoutais la Bande sonore du film en boucle.  Obsédée je dis!!!

Petite anecdote de lecture (ceux qui me suivent sur livraddict êtes un peu au courant, mais je vais vous raconter toute l’histoire.)  Donc, premier matin de lecture, pour ce mettre en contexte je rappelle que j’ai commencé HG juste après avoir terminé Ça qui avait pris quatre mois à lire, donc la possibilité de lire un nouveau livre était totalement jouissive.  Et je dois mentionner aussi un fait important qui je crois a eu des répercussions majeurs sur la situation en question.  Ce matin-là je me suis levé à 5 AM comme à tous les matins avec mon entrain habituelle, (grognement et trainement de pieds vers la salle de bain) le tout ce faisant dans le noir pour ne pas traumatisé mes pauvre yeux, bien sûr, mais ce matin-là quelqu’un (le chat fut reconnu coupable) avait refermé la porte juste assez pour que mon esprit crois qu’elle était ouverte, mais pas assez pour que mon corps passe.  Il y eu donc collision!!!  Non mais un choc de cette envergure ne peut qu’avoir d’ effroyable répercussion!!!

J’ai un rituel très important le matin qui consiste à lire pendant  que je sirotte mon café et c’est vraiment TRÈS important et sacré comme moment.  Alors une fois le petit déjeuné avaler les enfants sont habillés, peignés et prêt pour leur journée à l’école et à la garderie je mets une minuterie pour pouvoir lire l’esprit en paix et lorsque ça sonne c’est que c’est l’heure de partir pour ne pas rater l’autobus.  Ce fameux matin, je mets la minuterie et je m’installe confortablement avec le fameux HUNGER GAMES…dès les premières lignes J’ADORE.  Et je lis.  Mon esprit de bonne mère responsable se rend (très) vaguement compte que le temps passe et que la minuterie n’a pas encore sonné, mais l’esprit obsédé par la lecture je me dis qu’elle va probablement sonner d’une seconde à l’autre et que je suis mieux d’en profiter encore un peu pour lire.  Quelques minutes on passés et ma fille dit : «Maman ça pas encore sonné?»  Et Hop maman responsable revient au galop : «C’est vrai!»  Je me lève pour me rendre compte qu’on est très en retard!  J’avais mis dix minutes de trop à la minuterie!!  (Je crois bien que le choc subit le matin avait endommagé mes facultés mathématiques)  Et c’est comme ça que j’ai fait rater l’autobus à ma fille parce que j’avais commencé à lire The Hunger Games.  Mais bon ce n’est pas la faute du livre (ni de moi d’ailleurs) mais du chat et de la porte!!!!

Finalement, j’ai totalement accroché à l’histoire, l’idée des Hunger games m’a littéralement obsédée, l’idée que des gens devraient mourir, et je n’aime pas que les gens« mourent»!!!!  L’aspect très télévisé des jeux où on cherche ce qui est vrai et ce qui est «stagé»  La narration à la première personne qui nous fait sentir encore plus proche de l’héroïne.  Les personnages Katniss, Prim, Gale (même si on le voit pas beaucoup), Peeta, Rue (je l’aime d’amour cette petite).  L’action quasi constante du livre!  J’ai vraiment tout aimé, s’il y avait des trucs qui m’ont chicoté à certain endroit, j’ai fini par me convaincre moi-même du contraire.  J’ai été charmé, j’ai pleuré et angoissé, je suis accro et c’est sûr que je vais lire la suite.

Pretties

9 Mai

Pretties (tome 2 de la série Uglies)

Scott Westerfeld

Attention!  Lire ce billet peut diminuer la plaisirs de la lecture du tome 1

Quatrième couverture

Dans le monde de l’extrême beauté, la perfection ne protège plus.

Tally est enfin devenu une sublime Pretty.  Elle a de grand yeux pailletés, un visage et un corps parfaits; tout le monde l’apprécie, et son petit copain est craquant.  Ses rêves les plus fou sont devenus réalités.

Mais au cœur de cette vie de fête, de luxe high-tech et de liberté, perce un sentiment de malaise : quelque chose ne va pas, quelque chose d’important.  Un jour, Tally reçoit un message, écrit de sa propre main lorsqu’elle était Ugly…À mesure qu’elle le lit, les souvenirs reviennent : sous la beauté parfaite et le bonheur absolu des Pretties se cache une effroyable vérité.

Désormais pour Tally un choix cruel s’impose : oublier à tout prix cette vérité ou fuir la cité pour sauver sa peau.

Mon avis

OMG!!!!  Que dire que j’ai ADORÉ cette suite pleine de rebondissement et d’action.

Premièrement, revenons sur la dernière phrase de Uglies le premier tome «Je suis Tally Youngblood, faite de moi une Pretty»  Non mais qu’elle fin sublime et cruel donc après quelque mois je me suis décidé à aller chercher la suite à la bibliothèque.  Pourquoi pas avant me direz-vous, en fait je ne sais trop, je crois que j’avais trop de Lectures commune de prévu et puis en ce début mai j’avais un petit lousse comme on dit!!!

Alors on retrouve notre fameuse Tally qui est devenu Pretty et je vous avoue que j’avais bien hâte de découvrir ce monde de fête et de plaisirs superficiel.  Finalement, cette belle mentalité de Pretty a vite commencé à me taper sur les nerfs, mais pas négativement parce que dans le fond on sait que c’est de la manipulation du cerveau et j’ai trouvé que l’auteur a vraiment bien démontrer comment les Pretty sont superficielle.  Foireux! Intense! J’étais presque plus capable!!!

Côté action on est bien servi  et il y a des passages assez stressant merci!!!  Et puis contrairement au premier tome ou j’avais à quelques reprises vu les choses venir cette fois-ci j’avoue ne rien avoir deviné à l’avance et j’ai été bien surprise à quelques reprises.

On apprend encore plus de choses sur les Special Circumstance et l’affreuse docteur Cable ainsi que sur plein d’autres choses.  Vraiment un livre TRÈS BON et vivement la suite!!!

Je ne sais pas quand je vais me décider à aller le chercher à la bibliothèque, car pour le moment j’ai BEAUCOUP de lecture prévu, mais je crois que ça ne saurait trop tarder!!!