Tag Archives: Histoire d’amour

Parce que ce fut un coup au coeur

27 Jan

Couverture Tu vivras pour moi

Tu vivras pour moi

Elisabeth Tremblay

Alexandra a quatorze ans quand la fatigue et les ecchymoses font leur apparition. C’est à l’hôpital que le diagnostic tome : leucémie. A partir de ce jour, la vie de l’adolescente sera à jamais chamboulée… Pendant ses trente mois de chimio, elle fera la connaissance de Guillaume, un garçon en rechute d’un cancer des os. Guillaume illumine l’univers d’Alex, assombri par la maladie. Très vite, ils deviendront proches. Très proches. Jusqu’à tomber amoureux l’un de l’autre. Mais pendant qu’Alex avance vers la rémission avec espoir, les mauvaises nouvelles s’accumulent pour Guillaume… Certains traitements ne donnent pas le résultat escompté et d’anciennes douleurs refont surface, présage d’un avenir incertain. Impossible alors de ne pas envisager toutes les possibilités, même la pire. Celle qu’Alexandra redoute le plus au monde… Comment garder espoir quand les statistiques sont contre nous ? Cruel, le destin a permis la rencontre de ces deux âmes sœurs pour ensuite s’acharner à les séparer. L’amour est fort et résiste à bien des épreuves, mais peut-il surmonter la mort ?

Il fallait ABSOLUMENT que je vous parle du livre que j’ai terminé hier soir (en larme) parce qu’il m’a tellement touché que j’ai maintenant le goût de dire à tous le monde de le lire.  Limite que je me serais promené dans la rue avec un exemplaire pour le montrer au gens que je croise et leur dire de le lire, mais bon aujourd’hui il a fait tempête 😉

Mais trêve de plaisanterie parce que ce livre c’est du sérieux et c’est loin d’être drôle, c’est plutôt touchant, ça nous fait réfléchir à la chance qu’on a, c’est triste, mais c’est tellement beau en même temps.  Les mots me manque tellement j’ai été profondément touché.  Ce fut le genre de lecture dont tu ne sors pas indemne, qui te chamboule.  Et puis lorsque je l’ai terminé pas question de prendre un autre livre immédiatement, je n’ai pas lu une ligne depuis hier soir, j’avais besoin de temps pour passer à autre choses et ça c’est vraiment rare que ça arrive.

Parlons un peu de l’histoire, alors on suit l’histoire d’Alexandra, une jeune fille atteinte d’un cancer, qui pendant ses traitement rencontre Guillaume un jeune homme qui revient à l’hôpital parce que le cancer qu’il combattait fait une récidive.  Mais pendant que la maladie d’Alex semble abdiqué celle de Guillaume prend de l’ampleur, on suit donc leur vie qui nous semble tellement injuste.

Le cancer c’est un mot qui fait beaucoup de ravage.  Seulement six lettres, mais qui implique tellement de chose.  Le roman nous fait vraiment bien comprendre l’univers de deux adolescents combattant la maladie, on voit bien que l’auteur a déjà eu à côtoyer cet univers.  On voit le courage que ça prend pour passer au travers de tels épreuve.  Personnellement, la maladie a passer quelque fois à proximité de ma petite vie alors bien sûr le roman m’a replongé dans certain souvenir.  J’ai repensé à ma belle-soeur et son amoureux qui a perdu sont combat il y a deux ans et à une connaissance qui a perdu son garçon de 7 ans.  Et puis j’ai pensé à tous les médecin, les infirmières et les intervenant qui par leur travaille côtoie cette maladie à tous les jours.

Finalement, un livre beaucoup trop court…tous comme la vie de Guillaume…  C’est publié aux Éditions Mortagne dans la collection Tabou si ça vous intéresse.  J’espère quand même vous avoir un peu tenté parce que ça fait du bien des fois de se faire un peu chambouler, ça nous rappelle la chance qu’on a et ça remet nos p’tits bobos en perspective.

 

Publicités

Parce que j’écouterais bien un peu de harpe

4 Juin

LamentLament

Titre en version française: La complainte

Maggie Stiefvater

Résumé en VF: Deirdre Monaghan, seize ans, est une musicienne prodigieuse. Elle est sur le point de découvrir qu’elle est aussi une « maintréflée », c’est-à-dire qu’elle possède le don de voir les fées. Alors qu’elle ne s’y attendait pas, Deirdre s’entiche d’un garçon mystérieux qui apparaît comme par magie dans sa vie ordinaire. Le problème est que Luke, un garçon énigmatique et d’une beauté renversante, s’avère être un « gallowglass », c’est-à-dire un mercenaire gaélique – un elfe assassin sans âme. Et s’il s’intéresse à elle, ce n’est pas pour connaître avec elle un amour de vacances, mais pour une raison beaucoup plus sombre.

Résumé en VO (parce que c’est toujours mieux):Sixteen-year-old Deirdre Monaghan is a painfully shy but prodigiously gifted musician. She’s about to find out she’s also a cloverhand—one who can see faeries. When a mysterious boy enters her ordinary suburban life, seemingly out of nowhere, Deirdre finds herself infatuated. Trouble is, the enigmatic and conflicted Luke turns out to be a gallowglass—a soulless faerie assassin—and Deirdre is meant to be his next mark. Deirdre has to decide if Luke’s feelings towards her are real, or only a way to lure her deeper into the world of Faerie.

Voici le premier livre publié de Maggie, vous savez Maggie Stiefvater Mon Auteur Préférée!!!   Alors je vais vous avertir tout de suite, comme je l’aime d’amour, j’ai un doute sur mon objectivité.  En fait je crois que si elle écrivait le mode d’emploi d’un séchoir à cheveux j’irais immédiatement l’acheter pour lire le mode d’emploi même si j’ai déjà deux séchoirs (pas que je sois une fanatique des séchoirs, mais j’avais mis ça sur ma liste un certain Noël et j’en ai reçu deux que j’ai gardé puisque j’avais deux salle de bain!)  C’est juste un exemple pour montrer l’ampleur de ma dévotion (en plus je me sèche quasiment jamais les cheveux au séchoir)

Alors voici mon avis (pas objectif du tout)

Premièrement, comme toujours j’adore la couverture de mon édition.

Deuxièmement, j’ai beaucoup aimé!!!  J’adore le style de l’auteur, son humour présent un peu partout dans ses livres et ses personnages qui sont souvent très attachant et qui ont tous un petit quelque chose…

Dans ce roman on rencontre Deirdre Monaghan, une jeune fille de 16 ans qui jouent de la harpe  (d’où mon envie d’avoir une trame sonore de harpe lors de ma lecture).  On s’entend que quand tu t’appelle Deirdre et que tu joues de la harpe tu n’es clairement pas la fille la plus populaire de l’école.  Quand apparaît le beau Luke Dillon qui s’intéresse tout de suite à elle.  Ce n’est pas super original comme scénario, mais j’ai trouvé qu’avec la touche Maggie ça marche super bien.  Et puis il y a aussi James son meilleur ami qui est juste trop drôle et sympathique, moi je l’ai adoré.  Dans les personnages secondaires, il y en a plusieurs de vraiment intéressant.   Finalement, j’ai aimé les personnages sympathiques et j’ai aimé détesté les personnages antipathiques.

Le seul aspect que j’ai un peu (très peu) moins aimé c’est que j’ai trouvé qu’il manquait peut-être un peu de détail sur le côté féérique du roman, mais c’est vraiment léger comme problème.

En conclusion, j’ai très envie de connaître la suite. « Ballad» (VF : La balade) qui je crois est assez difficile à se procurer puisque ses deux tomes ont seulement été publié en version française par les éditions ADA de ce côté-ci de l’atlantique.  Mais il y a de l’espoir parce que Maggie travaille présentement sur le troisième tome «Requiem» qui est prévu fin 2013 et avec le succès qu’elle a en France je crois qu’on pourrait espérer une réédition des premiers tomes.  Alors pour la suite, je n’ai pas encore craqué puisque j’essaie (oui vraiment très fort) de faire baisser ma PAL.  J’attends une occasion, y a ma fête qui s’en vient à l’automne alors qui sait…

Et puis pour terminer ça prenait un peu de harpe quand même!

Un peu de chick lit

28 Avr

samanthaSamantha bonne à rien faire

Titre original: The Undomestic Godess

Résumé: Pas de soirées, pas de week-ends, pas de vacances, pas d’amoureux : Samantha, la trentaine, ne vit que pour son boulot d’avocate d’affaires, et pour l’importante promotion dont elle devrait bientôt bénéficier. Hélas ! elle commet une grosse boulette. En une journée, elle fait perdre à son meilleur client plus de cinquante millions de livres. Désespérée, elle prend le premier train pour la campagne et, sur un malentendu, se fait embaucher comme gouvernante chez un couple de charmants excentriques. Micro-ondes, fer à repasser, aspirateur, Samantha va découvrir un monde inconnu peuplé d’objets étranges. Et comprendre qu’on peut avoir 168 de Q.I. et ne pas savoir mettre en route une machine à laver. Mais, surtout, Samantha va réaliser, entre deux tournées de lessive, que le bonheur est peut-être dans le pré…

Voici un roman que j’ai commencé avec une certaine appréhension, n’aimant pas particulièrement l’héroïne de la saga «L’accro du shopping» ce fut finalement une belle surprise et une lecture que j’ai bien apprécié. Par contre, je vois reconnaît bien le style de l’auteur qui semble bien aimé que ses personnages se retrouve dans des situations pas possible. Je comprends quand même la réaction de Samantha qui décide de s’enfuir quand la catastrophe se produit à son cabinet d’avocat. (fuir ses problèmes tous monde rêve de ça!!) Mais quand même quand notre expertise culinaire consiste à faire cuire une rôtie est-ce que mentionné qu’on est capable de cuisiné un menu 4 étoiles est vraiment une bonne idée? (un 2 étoiles aurait été peut-être plus approprié!!) Mais bon, j’ai quand même bien apprécié l’histoire surtout à l’arrivé de Nathaniel, le jardiner bronzé et musclé, qui voit un peu le vrai jour de Samantha… Bien sûr je ne suis pas la seul à succomber au charme de Nathaniel et il faut absolument que je vous parle de la scène «hot» du roman. Je suis de la campagne et j’ai l’impression que l’auteur non!! La scène se passe dans le jardin plus particulièrement dans les framboisiers. Personnellement, je fais parfois des trucs qui implique de la nudité (oui, oui) mais vraiment cueillir des framboises N’EN FAIS PAS partie. Les framboisiers (pour ceux qui ne connaissent pas) sont des arbustes ou pousse des framboises (oui je ne sais pas mais peut-être quelques personnes partent de loin), mais surtout la particularité principal de cet arbuste qui, je crois, ne fais pas bon ménage avec l’exposition d’une grande surface de peau, c’est les petites épines sur les branches. (Mais bon si ça vous tente de faire des trucs nu dans les framboises c’est votre choix.) Disons que ça tue un peu la magie du moment.
Finalement, voici une belle petite lecture légère, peut-être pour l’été (dans un champ de framboisiers). C’est le parfait scénario de LA comédie romantique, donc question originalité on repassera, c’est cliché, mais quand on s’y attend on passe un bon moment.

J’avais reçu ce livre lors d’un swap je remercie donc encore Cline612 et puis j’ai troqué ce livre après l’avoir lu avec Lau1307 qui l’a déjà lu et chroniqué (non je n’ai aucun retard dans mes chroniques). Elle a un avis assez semblable au mien.

Parce qu’il est en voyage

23 Avr

Il y a de cela quelques semaines,  un petit groupe (qui grossit de jour en jour) de blogueuse, adepte de lecture et surtout Québécoise c’est formé.  Et je suis très heureuse d’en faire partie.  C’est un autre endroit sur le web ou je peux passer (perdre)  du bon temps.  Le groupe se nomme Québec Livresque et voici même notre logo.

Logo_QL_P

C’est un groupe super dynamique où déjà quelques activités «livresques» ont été organisées.  L’une d’elle c’est le départ d’un livre-voyageur et c’est le livre que j’avais proposé de faire voyager qui a été choisi.  En plus, c’est un livre dont je ne vous avais jamais parlé.  Je vais donc en profité pour vous en glissé un mot et en prime je vais vous mettre les liens vers les articles des autres participantes au fur et à mesure qu’ils seront publié.

Alors voici la bête

Cœur trouvé aux objets perdus de Francine Ruel

coeur trouvéLes héros du troisième roman de Francine Ruel sont nés tous les deux le même jour, dans des circonstances particulières, à quelques rues de distance ; mais ils ne le savent pas encore. Elle porte le nom de famille d’une star des années sex, drug and rock’n’roll, tandis que lui est affublé d’un prénom insolite à cause de la voix de son père rendue quasi inaudible par l’abus d’alcool, lors de la déclaration de sa naissance.

Lambert et Dylan vont bientôt franchir le cap de leur trentième année. Ils ne se connaissent pas ; pas encore. Ils fréquentent tous les deux le métro, lui parce qu’il travaille à temps partiel aux objets trouvés de la station Berri Uqam, elle pour se rendre aux bibliothèques situées aux quatre coins de la ville où elle exerce sa profession. Sans savoir qui elle est, et sans voir l’ensemble de sa personne puisque à chacune de leurs brèves rencontres Dylan est toujours plongée dans un livre, Lambert tombera amoureux fou de cette fille qu’il découvrira « par bribes ». Une seule fois, Dylan apercevra le jeune homme, qu’elle surprend à pleurer sur une banquette sans savoir qu’il s’intéresse à elle. Comment d’ailleurs pourrait-elle croire qu’un garçon aussi beau puisse l’aimer, elle qui se croit laide ?

Lorsqu’on s’appelle Lambert, qu’on naît dans la cuvette des toilettes et qu’on a été abandonné par des parents qui portent les noms de Sauvé-Desnoyers, qu’on vit seul dans un immeuble peuplé d’êtres exotiques, qu’on tombe amoureux d’une lectrice dans le métro, est-ce qu’on n’est pas destiné à un avenir unique ou du moins extravagant ?

Lorsqu’on est rousse, convaincue de ne pas être jolie, qu’on a vu le jour dans un taxi, qu’on vit sa vie entre les pages des romans, au milieu d’une famille d’hurluberlus qui nous étouffent sous leur amour, est-ce qu’on n’est pas appelée à vivre des moments exceptionnels et insolites ?

C’est un livre québécois que j’ai lu en 2010 donc, disons qu’avec ma mémoire de poisson rouge amnésique je n’irai pas dans les détails.  Par contre, ce que je peux vous dire c’est que j’avais le souvenir que c’était un livre sympathique, pas un coup de cœur, mais un livre qui m’avais bien plus.  Une belle histoire d’amour avec des chassés croisés, l’impression que parfois  « le monde est petit».  Et puis il y avait un chien…je crois que je suis assez incorrigible de ce côté-là je me rappel presque rien de l’histoire, mais je me rappelle qu’il y avait un chien!!  En tout cas j’espère qu’il y en a un pour de vrai parce que je risque sérieusement de consulter 😉  Je sais que l’auteur a écrit aussi d’autre livre, mais pour ma part je n’en ai encore jamais lu d’autre.  Peut-être un jour qui sait 🙂

Voici pour commencer l’avis de Fille-de-lecture qui a englouti ce roman en moins d’une semaine si ce n’est pas en une heure 😉

Parce que je n’aurais pas imaginé mieux!

4 Mar

Je viens de découvrir ça

Une version musical de «Summer girl» chanson que Sam a écrit à Grace dans la saga des loups de Mercyfalls.
J’aime juste trop pour ne pas vous la partager 🙂

Irrésistible Alchimie

15 Jan

alchimie

Titre original : Perfect chemistry
Simone Elkeles

Résumé:

Brittany est l’image même de la jeune fille parfaite. Belle, blonde et intelligente, elle vient d’une famille aisée et sort avec le capitaine de l’équipe de football. Elle sait bien maîtriser ses émotions, mais elle cache une douloureuse fêlure : elle s’oppose à ses parents qui veulent placer dans une institution, sa soeur aînée, gravement handicapée.
Alex Fuentes est d’origine mexicaine, il est bien sûr séduisant en diable, mais c’est le bad boy du lycée. Il fait partie d’un gang impliqué dans des trafics de drogues, comme son père, qui en est mort.
En dernière année au lycée Fairfield, Brittany et Alex sont obligés de travailler en binôme leur cours de chimie. Alors que tout les oppose, leur attirance est immédiate. Et leur amour sera contrarié par des événements brutaux qui ne cesseront de s’amonceler sur eux. Membre d’une bande armée qui sème la terreur, Alex est malgré lui rattrapé par les exigences du chef du gang. Et Brittany, malgré ses efforts passionnés pour le sortir de là, ne parviendra pas à le protéger.

Mon Avis:
Voici un livre qui que je voyais depuis un bon moment sur la blogosphère avec pas mal tous le temps des avis positifs. Puis un jour, j’avais un achat à faire sur Québec Loisirs et en plus ma jumelle trans Atlantique Élodie avait craqué pour ce livre. Il n’en a donc pas fallu plus pour qu’il rejoigne ma PAL. On avait donc décidé de le lire ensemble ce qu’on a fait il y a déjà quelques temps.
Premièrement, je m’attendais à une lecture légère avec une belle histoire d’amour romantique à souhait et c’est ce que j’ai eu donc je n’ai aucunement été déçu. Personnellement, ce ne fut pas un coup de cœur, mais une lecture bien agréable quand même. Ça se lit très bien. La narration se fait à deux voix donc on alterne entre les deux personnages principaux. Brittany, la fille qui vient d’un milieu aisé, la chef des meneuses de claque, petite amie du quart arrière de l’équipe de football «Américain» (Pour quoi la traduction a eu besoin de mentionné Américain à chaque fois qu’il mentionnait le football??? Le livre se passe à Chicago donc si on parle de Football on s’entend qu’il doit être Américain!!). Et Alex, beau gosse (dans mon esprit une version frisé de Jacob (Taylor Lautner!!!)), vient d’un milieu pauvre et qui est dans un gang de rue. Bon le thème, n’est pas des plus original, mais j’ai quand même aimé.
Ce que j’ai le plus apprécié de ce roman, c’est la relation de Britanny et Alex au début du roman ils sont obligé de se côtoyer ce qui ne fait vraiment pas leurs affaires et tous les coups sont permis et ça m’a fait sourire à plusieurs reprises.
Pour finir, j’ai quand même été surprise à un certain moment parce que je m’attendais qu’une situation se déroule d’une certaine manière et finalement il en fut autrement, mais à d’autres endroits, principalement vers la fin, j’ai trouvé qu’il y aurait pu avoir plus de détail.
Il y a deux autres tome, mais c’est des tomes axé sur les frères d’Alex, donc le tome deux sera l’histoire de Carlos et le tome trois de Luis. Personnellement, j’ai peur que ça devienne du réchauffé, prémâché!! Déjà, que l’histoire n’était pas des plus original, si on se la refait avec deux autres tomes? Je ne sais pas trop, mais ma curiosité prendra probablement le dessus à un moment donné et je vais avoir le goût quand même de lire la suite. Je vais essayer d’être TRÈS raisonnable et de les prendre à la bibliothèque.
Alors, sur ce, si vous aimé les beaux gosses à la peau foncé et les histoires romantiques, je crois que vous ne serez pas déçu. Et puis, je suis très ouverte à recevoir des commentaires sur les suites, peut-être me convainquerez-vous de les lire plus vite que je le pensais!!

Sous le signe du scorpion

11 Déc

The scorpio racesThe Scorpio races

Maggie Stiefvater

Titre en version française: Sous le signe du scorpion

Présentation

« Certains concourent pour gagner, d’autres pour survivre. » Chaque année au mois de novembre se déroulent les courses du Scorpion. Les cavaliers doivent tenir le plus longtemps possible sur leurs dangereuses montures, des chevaux de mer cannibales. Assez longtemps pour avoir une chance d’atteindre la ligne d’arrivée… et survivre. Sean Kendrick, 19 ans, tente de nouveau sa chance cette année, bien décidé à arriver le premier. Puck Connolly, quant à elle, n’aurait jamais imaginé participer un jour à la course. Mais le sort en a décidé autrement, et elle se retrouve malgré elle propulsée dans la course, à laquelle aucune autre femme n’avait encore participé. L’enjeu est grand pour ces deux adversaires que tout oppose sauf leur désir commun de remporter le plus grand des prix : la vie. »

«It happens at the start of every November: the Scorpio Races. Riders attempt to keep hold of their water horses long enough to make it to the finish line. Some riders live. Others die.

At age nineteen, Sean Kendrick is the returning champion. He is a young man of few words, and if he has any fears, he keeps them buried deep, where no one else can see them.

Puck Connolly is different. She never meant to ride in the Scorpio Races. She is in no way prepared for what is going to happen.

»

Mon avis

Voici un livre dont j’avais bien hâte de vous parler puisque j’ai vraiment ADORÉ.  Il m’a été offert par ma chère Élodie lors de notre swap Alice au pays des merveilles.  Par pur coïncidence, elle l’a aussi reçu en partenariat cet été, on avait prévu de le lire ensemble, mais malheureusement, ce ne fut pas possible puisque j’étais en pleins déménagement et coincé dans Ça…  J’ai donc décidé de m’y attaqué après ma lecture de Hunger game, ce qui est quand même beaucoup de pression pour un livre, mais le roman de Maggie fut totalement à la hauteur de succéder à un tel succès.  J’ai donc eu la chance de lire deux coups de cœur de suite.

Pour commencer, je pourrais vous parlé du contenant parce que personnellement J’ADORE la couverture de l’édition que ma chère Élo m’a offert.  C’est ma préférée de toute celle que j’ai vu je ne suis pas du genre à me procurer une édition particulière seulement pour la couverture, mais quand le livre est beau en plus d’être bon ce n’est pas si mal.

Aussi, je vous ai mis le résumé d’une édition française et celle en anglais que j’ai trouvé sur le site de Maggie, je préfère cette dernière parce que j’ai de la difficulté avec les mots« cheval cannibale» c’est dit un peu crument et je n’aime pas trop…

Mais, parlons-en de ces chevaux de mer!   Le seul défaut que je peux mentionné de ce livre c’est qu’on aurait pu en savoir plus sur ces chevaux, par contre j’ai fait quelque recherche et en fait Maggie s’est basée sur une légende celtique.  Il y a plusieurs légendes sur des chevaux de mer, l’une d’entre elle c’est que des chevaux de mer se transforment en joli jeune homme qui attire les jeunes filles grâce à son charme pour ensuite les entrainer sous l’eau et les dévorer.  Finalement Maggie a fait comme dans sa saga des loups de MercyFalls où elle avait créé ses propres loups garous, et a créé ses propres chevaux de mer et au final, moi, j’aime bien le résultat.

L’histoire se déroule sur une petite île, pour moi cette petite île m’a fait voyager en Écosse ou en Irlande.  J’ai facilement visualisé la mer, les falaises, ses chevaux à la fois beau et dangereux.

Les personnages  sont souvent attachant, même si il y a en a quelques-uns à qui j’aurais bien botté les fesses.  Les deux personnages principaux, Kate Connoly et Sean Kendrick, nous entraîne dans leur aventure à tour de rôle, grâce à une narration à deux voix.  Ici pas d’histoire d’amour qui apparait trop rapide, tout est en douceur.  C’est une histoire aussi de courage, mais aussi de la relation humain animaux et pour une amoureuse des animaux comme moi, je ne pouvais que aimer.

Et la fin… une fin à vous arracher le cœur, c’est juste une fin trop sublime, que j’ai lu en publique…  donc disons que je me suis retenu un peu pour ne pas fondre en larme en plein Macdo!!!

 

Une superbe lecture!  Qui a vraiment confirmé mon amour pour cette auteure.  J’espère vous avoir un peu donné envie.