Tag Archives: Littérature contemporaine

Parce que j’aime ma soeur

29 Déc

Couverture Les soeurs Andreas

Les sœurs Andreas

Titre original: The weird sisters

Eleanor Brown

Trois sœurs, élevées au milieu des livres par un père excentrique, obsédé par Shakespeare au point de les avoir baptisées de prénoms d’héroïnes du célèbre dramaturge, rentrent au bercail pour s’occuper de leur mère malade. Mais qu’ont véritablement en commun l’aînée si timide et casanière, la séduisante et mystérieuse cadette, et la benjamine bohème ? Pourquoi Rose ne parvient-elle pas à abandonner sa ville natale pour rejoindre son fiancé qui a décroché un poste de professeur en Angleterre ? Pourquoi Bean a-t-elle quitté si précipitamment New York pour revenir s’installer à Barnwell, la petite ville universitaire qu’elle déteste tant ? Et pourquoi Cordy réapparaît-elle soudainement après avoir erré pendant des années, enchaînant petits boulots et aventures sans lendemain ? Au cours de ce long été qu’elles passeront toutes ensemble à Barnwell, les filles Andreas découvriront que leurs sœurs, leurs parents et leur petite ville natale pourraient leur offrir bien plus qu’elles ne croient…

Voici un roman qui m’a été offert par ma sœur et ça tombe bien parce que c’est un roman qui parle de sœur.  En fait, avec ce livre je trouvais le résumé intéressant, mais je n’avais pas une envie irrésistible de le lire.  Même si cette lecture ne fut pas un coup de cœur, j’ai quand même été agréablement surprise, parce que finalement j’ai quand même bien aimé.

J’ai trouvé les trois sœurs assez attachante et je me suis retrouvé un peu dans chacune d’elle, contrairement à moi et ma sœur qui sommes semblable et assez proche et  l’une de l’autre (même si maintenant on ne se voit plus aussi souvent qu’on voudrait, puisqu’on a chacune notre propre vie de famille et qu’on habite assez loin l’une de l’autre.), les sœurs Andreas on chacune leur caractère et vivent une certaine rivalité.  Les sœurs se retrouve donc dans leur petite ville natale, au chevet de leur mère malade.  Elles se retrouvent donc toutes à un tournant de leur vie, elles ont des décision à prendre en plus de vivre des moments familiale assez difficile dû à la maladie de leur mère.  Cette facette du roman est assez touchante et je croient que si on vit ou qu’on a vécu une situation semblable on peu vraiment ce sentir proche de l’histoire.

Pour ce qui est du style de l’auteur, j’ai aimé le rythme lent de son écriture qui reflète vraiment l’ambiance des petites villes. (Je m’imaginais bien une version nordiste de Blue Bell ( série télé Hart of Dixie)). Aussi toute les citations Shakespeariennes ne m’ont pas déplu même si je ne suis pas une connaisseuse en la matière. J’ai trouvé que ça donnait une petite touche d’originalité au roman.

Voici donc un roman qui nous raconte une histoire de fratrie, mais qui nous raconte aussi comment parfois le changement peut être bénéfique et que la vie peu parfois nous montrer un chemin totalement différent de ce à quoi on s’attendait.

Au finale, je n’aurais pas peur de recommander ce roman, si on cherche se style.  Il ne faut pas s’attendre à de l’action à tous casser car comme je l’ai dit le rythme est lent, mais aucune longueur.  Pour dire simplement, ce n’est pas lent ennuyeux, mais juste une ambiance lente de «farniente».

J’espère vous avoir un peu donner le goût de le découvrir et puis la couverture est aussi très belle ce qui est toujours un petit plus agréable 😉

Publicités

Deux achats juste comme ça!

20 Juin

J’ai deux petits nouveaux qui viennent de rejoindre ma PAL pour atteindre le nombre quasie astronomique de 93 livres (j’essaie de ne pas me rendre à 100, mais vais-je réussir).

J’ai totalement craqué pour ce livre lorsque j’ai lu un très bon billet sur le site de Touloulou avec plat mexicain d’accompagnement en plus!!!

Et puis ce fut ma mort lorsque ma jumelle de coeur, Élodie, se l’ai procuré, je ne pouvais simplement pas résisté à l’appel de l’achat quasie compulsif.

Et je suis bien contente de mon achat.

 

 

 

 

 

Bien sûr pour ne pas que se pauvre petit s’ennuie durant le trajet je lui ai acheté un ami!!!

Pour celui là, il se trouvait dans les aubaine de Québec loisirs, donc moitié du prix, et j’ai totalement craqué pour la couverture de cet édition (Édition France Loisirs).

Et puis ça semble être une histoire intéressante de mère et de fille.  L’histoire d’une femme début quarantaine dont le conjoint voudrait bien avoir un bébé.  Et sa fille qu’elle a élevé seul qui a maintenant 13 ans et qui entre dans sa crise d’adolescence.

Et pour lui aussi (qui avouons-le a été un achat TOTALEMENT impulsif) je suis bien contente quand même de mon achat.

Le gardien de son coeur

12 Avr

Le gardien de son cœur

Nicholas Sparks

Titre original : The guardian

Quatrième couverture (Que j’ai censurée)

Avant de mourir, le mari de Julie lui a laissé deux cadeaux : un chiot et la promesse qu’il veillerait toujours sur elle.  Quatre ans ont passé, le chiot est devenu un impressionnant danois et Julie a surmonté sa peine.  Elle se sent prête à refaire sa vie.  Son cœur balance entre deux hommes : Mike Harris, ami de son mari (défunt) depuis toujours, et Richard Franklin, un étranger dans la ville, dont l’intelligence et la culture lui font entrevoir un monde nouveau.

(Ensuite il y avait trois phrases que j’ai enlevées car j’ai trouvé qu’elles en disent beaucoup trop)

Ce que j’en ai pensé

Comme je l’avais dit l’autre fois, j’ai pris ce livre à la bibliothèque parce que j’avais le goût de lire un roman de Nicholas Sparks et c’était le seul qu’il y avait de disponible à la bibliothèque.  Et je crois vraiment,  il faudrait voir avec des fans de l’auteur, que je n’ai pas choisi le meilleur!  L’auteur a essayé un nouveau style ici qui était d’inclure une intrigue à son histoire d’amour, et pour moi ce ne fut pas un succès.

Premièrement, comme vous le voyez dans ma présentation du roman, j’ai coupé la présentation de l’éditeur qui se trouvait en quatrième couverture, j’ai laissé ce que je crois aurait été suffisant de retrouvé parce que la suite révélait trop de chose et les première 150 pages en ont été affecté parce que je savais ce qui se passerais et mon plaisir en a été diminuer.  Je sais que certaines personnes ne lisent jamais les quatrièmes de couverture, mais moi j’aime bien me mettre dans l’ambiance d’un roman en les lisant, mais ici je n’aurais vraiment pas dû.

Ensuite j’ai trouvé l’intrigue assez prévisible, je devinais tous trop vites, bien avant les personnages et du coup j’enrage après les personnages que je trouve trop nigaud, il faut me voir leur parler dans ces cas-là et mon chéri qui me regarde avec un drôle de regard qu’à je dis à la policière de se réveiller!!!

Finalement, je n’ai vraiment pas trop aimé la fin, même si elle m’a fait pleurer, mais ce qui m’a fait pleurer c’est ce que je n’ai pas aimé.  Mais bon je n’en dirai pas plus!

Bon quand même il y a certains trucs qui m’ont plu.  Le chien, un danois, ceux qui me suivent depuis un moment connaisse mon amour des animaux.  Alors quand il y en a je suis toujours très heureuse et ici le chien prend une grande place, on ne le mentionne pas que quelque fois, alors j’ai beaucoup apprécié ce côté de roman.  J’aime beaucoup le style de l’auteur quand même c’est pour ça que je veux vraiment lire d’autres de ses romans.  L’écriture est fluide, il n’y a pas de longueur et ça se lit assez vite, mais j’ai trouvé que le fait de savoir d’avance ou de deviné l’intrigue à tout bout de champ ralentissait un peu ma lecture, parce qu’on n’a pas l’urgence connaître la suite puisqu’on le sait déjà et aussi comme je me disputais un peu avec les personnages…je perdais un peu de temps!

Le méchant, est vraiment un vrai méchant, j’ai quand même apprécié ce personnage en tant que méchant, on le haït vraiment et j’ai trouvé qu’il était très bien travaillé, il berne tout le monde.

Finalement, l’histoire d’amour était relativement correcte, mais je m’attendais à plus  un peu.

Puisque j’avais déjà vu plusieurs de ses livres adapté au cinéma je m’attendais vraiment à autre chose, donc je reste vraiment avec le sentiment d’avoir le goût de lire un roman de Nicholas Sparks!!  Un autre!

La valse lente des tortues

10 Avr

 La valse lente des tortues

Katherine Pancol

Quatrième couverture

Ce livre est une bourasque de vie…

Un baiser brûlant du seul qu’on ne peut embrasser.

Deux bras qui enlacent ou qui tuent.

Un homme inquiétant, mais si charmant.

Une femme qui tremble et espère ardemment…

Un homme qui ment si savamment.

Une femme qui croit mener la danse, mais passe son tour.

Des adolescents plus avertis que les grands…

Un homme qui jouent les revenants.

Un père, là-haut dans les étoiles, qui murmure à l’oreille de sa fille…

Un chien si laid qu’on s’écarte sur son passage.

Des personnages qui avancent obstinément comme des petites tortues entêtées qui apprendraient à danser lentement, lentement dans un monde trop rapide, trop violent…

Attention!  Lire ce qui suit peu diminuer le plaisir de la lecture du premier tome «Les yeux jaunes des crocodiles»

Mon avis

Voici un tome que j’avais bien hâte de lire, surtout que j’ai fait cette lecture en compagnie de ma jumelle blogueste Élodie.  Ce fut donc encore une fois une lecture très charmante.  Même si c’est un roman assez volumineux, il se lit vraiment très vite ce qui me surprend même, j’ai enchaîné les pages une derrière l’autre et lorsque j’ai atteint la cinquième (et dernière) parties j’ai lu quasiment sans arrêt les deux cents pages qui mènent jusqu’à la fin.

J’ai entamé cette lecture avec un réelle bonheur de retrouver les personnages où on les avait laissé dans «Les yeux jaunes des crocodiles», j’avais bien hâte de savoir comment réagirais Iris au fait qu’Hortense ait dit la vérité au sujet du roman.  C’est donc une Iris brisé que l’on retrouve.  Elle est maintenant internée dans une clinique, elle n’a vraiment pas pris cette trahison, comme elle dit, de Joséphine.  Et lorsque cette dernière vient la voir Iris est vraiment mesquine et la renvoie d’où elle vient.

Joséphine habite maintenant à Paris, elle n’aime pas vraiment ça et elle s’ennuie énormément de son ancien quartier de Courbevoie.   Surtout lorsqu’elle revient à la maison et qu’elle se fait attaquer.  Est-ce que quelqu’un lui en veut?  Elle a déménager pour Hortense qui souhaitait tellement vivre à Paris, mais maintenant que c’est fait Hortense est partie habité à Londres pour suivre des cours de mode dans une prestigieuse école.  Parce que ce qu’Hortense veut elle l’obtient, mais on comprend beaucoup mieux Hortense dans ce tome et elle n’est plus l’adolescente qui répond très impoliment à sa mère.  J’aime beaucoup ce personnage qui a très bien évolué.  Par contre, il y a des personnages, qu’on ne peut aimer, Henriette, la mère de Joséphine et Iris, est plus affreuse que jamais.  Elle a dans l’idée de se réapproprié Marcel, qui lui file le parfait bonheur avec sa Josiane et son petit Junior.

Finalement, j’ai beaucoup apprécier cette suite, retrouvé Joséphine et son 12 ième siècle, même si parfois je la trouve un peu naïve ou qu’elle ne se pose pas assez de question mais bon c’est un personnage que j’apprécie quand même.  Joséphine, parce qu’elle est toujours aussi généreuse, adopte un gros chien laid, mais tellement attachant et mon petit coeur d’amoureuse des animaux fut totalement comblé.  Il se passe beaucoup de chose, il y a beaucoup de mystère et de chose étrange, que l’on devine parfois ou qui reste assez mystérieuse jusqu’à la dernière partie.  L’auteur a inclus un peu de surnaturelle dans l’histoire et c’est la seule chose que j’ai vraiment moins apprécié.  J’ai trouvé que le reste du roman était tellement normal, que nous sortir ça en plein milieu, ça faisait bizarre, mais c’est vraiment le seul défaut parce que sinon la lecture est vraiment très agréable.

Il me reste donc seulement un tome à lire, «Les écureuils de Central Park sont triste le lundi», que je vais lire c’est certain.  Ensuite peut-être que je lirai d’autre roman de l’auteur, on verra bien.

Visite à la Bibliothèque

16 Mar

Bon hier, je suis allé faire un petit tour à la bibliothèque pour moi bien sûr…mais aussi pour les enfants parce que je crois vraiment que c’est important qu’ils aiment la lecture, comme leur papa n’est vraiment pas un grand lecteur…(oui je sais mes milliers d’heures de lecture compensent tout probablement…) mais elles adorent ça et moi aussi surtout quand elles dénichent des petites perles de livre.

Donc hier c’est ma fille de trois ans qui est venu avec moi et elle avait le droit de prendre cinq livres.  Et donc hier soir petite lecture avant le coucher et c’est moi qui a choisit (il y avait un petit conflit à savoir qui choisirait le livre comme ma patience a des limites parfois c’est moi qui ai choisit).  Très bon choix car j’ai adoré…les filles aussi…ce livre est vraiment très drôle et j’ai donc décidé de vous le présenter.

Une casserole sur la tête

Texte: Alain M. Bergeron

Illustrations: Philippe Germain

Éditions Imagine

Collection «Mes premières histoires»

Une collection de livres conçues pour découvrir très tôt le bonheur de se faire raconter des histoires et le plaisirs de voyager dans l’imaginaire.

Présentation du livre (Pour les enfants je sais c’est pas important mais juste pour nous)

Guillaume adore jouer au chevalier.  Un jour qu’il devait libérer la princesse, il se retrouve la tête coincée dans son casque.  Le problème, c’est que le casque en question est une… casserole! Une histoire hilarante pour les petits chevaliers en puissance.

Petit extrait parce que c’est tellement bon que je DOIS vous le partager

Le roi me confie une mission.  Je dois libérer la princesse et tuer la dragon.  N’écoutant que mon courage je tue la princesse et libère la dragon.  Oups!  C’était le contraire…  La reine proteste et m’envoie en prison.  Je suis même condamné aux travaux forcés.

(J’aurais voulu vous mettre les image qui va avec mais bon les images trouvés ne fonctionnent pas je réessairai…)

Dois-je dire pourquoi c’est bon?

Et ce livre est drôle comme ça tout le long de l’histoire.  C’est le genre d’histoire que j’adore raconté aux filles (et je crois pas que c’est juste pour les petits chevaliers comme il disent) c’est dynamique à raconter, il y a plein de dialogue, c’est drôle et les images sont super et vraiment très drôle  (c’est triste mais j’ai trouvé aucune image au bon format :().

Je trouve que la mission de faire découvrir le bonheur de se faire raconter (et je rajouterais de raconter) des histoire est vraiment réussi.  Mission accomplie!!!  Moi, celle là je la conterais à tout les soirs!!!  (Si les filles se tanne pas :))

Ah oui  j’ai choisi des livres pour moi aussi!

Alors je vous les partage en image et je vous ferai un billet dessus lorsque je les aurai lu.

Toutes ces choses qu’on ne s’est pas dites

2 Mar

Toutes ces choses qu’on ne s’est pas dites

Marc Lévy

Le résumé

Quelques jours avant son mariage, Julia reçoit un coup de fil du secrétaire particulier de son père. Comme elle l’avait pressenti, Anthony Walsh – homme d’affaires brillant, mais père distant – ne pourra pas assister à la cérémonie.

Pour une fois, Julia reconnaît qu’il a une excuse irréprochable. Il est mort.

Julia ne peut s’empêcher de voir là un dernier clin d’œil de son père, qui a toujours eu un don très particulier pour disparaître soudainement et faire basculer le cours de sa vie.

Le lendemain de l’enterrement, Julia découvre que son père lui réserve une autre surprise. Sans doute le voyage le plus extraordinaire de sa vie… et peut-être pour eux l’occasion de se dire, enfin, toutes les choses qu’ils ne se sont pas dites.

Mon avis

Voici un livre que j’ai lu il y a un petit moment déjà (2 ans environ), donc pardonnez moi les souvenirs flou de ce livres.

Et c’est ma soeurette qui me l’avait prêté.

Voici un livre que j’ai aimé.  J’ai beaucoup aimé l’approche original que l’auteur a utilisé pour la réconsiliation de Julia avec son père.  C’est une belle histoire qui nous fait aussi voyager.  Un roman qui se lit très bien, je n’ai pas souvenir d’avoir trouvé des passages trop long.

J’aimais bien la couverture qui est très simple, mais très belle aussi.  Et le résumé nous donne une bonne idée de l’histoire, sans trop en dire ce qui est très bien.

Je l’ai lu en grande partie assis sur une petite chaise droite dans une salle d’urgence à l’hôpital (à avoir peur d’attrapper quelque chose) pour mon chéri qui faisait une grosse otite (à 28 ans, oui il a fait rire de lui, mais il faisait vraiment pitié).  Ce roman m’a donc permis de passer le temps.

Il y a par contre un point que je n’ai pas aimé et comme c’est la fin je ne peux pas vous expliquer en détail pour ne pas spoiler.  Finalement, ce roman m’a bien charmer jusqu’à la fin où il m’a totalement déçu.  Ceux qui l’on lit comprendrons peut-être ce que je veux dire.  Je ne suis pas en harmonie avec cette fin malheureusement.

C’est le seul roman de l’auteur que j’ai lu.  J’en lirai probablement d’autre.  Des suggestions?

La mémoire: une facultée qui oublie

21 Sep

Je lis quand même beaucoup une vingtaine de livres par année ça commence à faire beaucoup de livre à se rappeler donc il y a trois ans j’ai commencé à prendre en note tout les livres que je lis, j’inscris le titre, le titre original lorsque je lis une traduction, l’année de parution, un petit résumé maison et un court commentaire.  J’aurais du le faire bien avant mais bon mieux vaut tard que jamais.

Mais bien sûr quand on aime vraiment un livre on a pas besoin de liste, il reste gravé dans nos mémoires et dans nos coeurs, mais quand même, avec le temps même les gravures peuvent s’éroder.

Il y a un livre que j’ai lu il y a environ 7 ans,  je me suis toujours efforcée de me rappeler le titre et le nom de l’auteur pour pouvoir lire d’autre de ses livres un jour.  J’avais adorée ce livre.

«The bean tree» de Barbara Kingsolver

Par contre j’aurais du mal à vous raconter l’histoire en détail mais je me rappel que l’histoire portait sur un enfant qui a été abandonné dans un stationnement et qui est recueillit par le personnage principal.  L’histoire était touchante et bien raconté et drôle (surtout le chat qui si je me rappel bien m’avait fait très rire).  Ce livre qui ne m’inspirait pas vraiment ( le titre, la couverture et le résumé ne représentait en rien le roman qui s’y cachait) m’avait charmé.  Alors sept ans plus tard je vous le recommande, si un jour vous tomber sur ce livre allé y et j’espère qu’il vous plaira autant qu’à moi.